Il faut remonter très loin dans l’antiquité pour connaître les origines de l’usage de la rame..

Que ce soit pour assurer sa subsistance, affirmer son autorité, se promener ou enfin se mesurer à la loyale, de tout temps l’homme a navigué

Alors que les premières Sociétés d’Aviron se créent en 1840, la Société Nautique de SAUMUR voit le jour le 14 Août 1885 au Café de la Paix son premier siège social ou canotiers et fervents de la course à la Bourne se retrouvent sous la Présidence de Carichou.

La plupart du matériel est la propriété de particuliers, ce n’est qu’en 1890 que la Société Nautique de SAUMUR achète son 1er outrigger d’occasion avec 4 avirons en 1891 son siège est transféré au Café de l’Union.

En 1903, une crue englouti son garage et la Société Nautique mettra quelques années pour revenir à flot, c’est aussi le temps qu’il lui faudra pour s’équiper de sa première grande embarcation un 8 avec barreur, bateau roi de notre discipline nous sommes en 1906 
C’est en 1923 après un nouveau transfert de son siège au Café de la Ville que la Société Nautique, dont la rigueur disciplinaire réserve quelques amendes à ses membres délictueux, s’illustre par sa première grande victoire aux Internationaux de Paris en quatre yole de mer : Prudhommeau, Auger, Lucas, les frères Goudeau et Rousseleau sont les vaillants représentants de l’association.

Le 8 mai 1924 un nouveau garage est construit sur le Quai des Ardilliers 
En 1925 la section Aviron compte 12 rameurs et 3 barreurs auxquels viennent s’ajouter les sections Rugby, Football et Tennis dont la Société se séparera en 1926 pour accueillir bizarrement une section pelote basque en 1927 : année ou le président Bouin, s’insurge contre le manque d’ardeur des jeunes rameurs, malgré les prouesses de Foucault, Leven, Duras, Mazelier et le barreur Gallet.

 

C’est en 1929 que l’on se déplacera pour la première fois en autocar et remorque à bateaux, adieu la voiture à cheval qui acheminait les bateaux à la gare pour un transport en wagon de marchandises
1932 : l’équipe Leroy Bochereau signera ses premiers succès et s’imposera comme un grand « deux » du club

1933 : année de remous internes, deux rameurs sont radiés mais seront réintégrés plus tard. Au-delà des traditionnelles régates du 14 juillet la société nautique innove en organisant la course des trois sports : Aviron, Cyclisme et Course à pied
Une section tourisme nautique verra même le jour en 1936, 
Le bilan de l’année 1937 se soldera par un constat alarmant, l’état des bateaux est préoccupant et les finances au plus bas : doit-on envisager de jouer au loto?

En 1938 : le siège change une nouvelle fois de « Café » et c’est au Café des Arts que nous le retrouvons.
Le début des années 40 sera marqué par la terrible époque noire de la guerre, réquisition du garage par l’hôpital militaire , interdiction de circuler sous les ponts, l’assemblée générale de 1941 évoquera la mémoire du président Destre et de la disparition des rameurs Mauduit et Dreux puis les entrainements reprendront, plus de courses à virages dorénavant elles se disputeront en lignes droite.

C’est à partir de 1949 et contre le gré du président que les rouges et noirs vont s’illustrer en participant pour la première fois à un Championnats de France en 8+ se classant 5ème de la finale nationale. Une prestigieuse épopée sportive vient de commencer mais une renommée n’est pas seulement ponctuée d’évènements heureux et de brillants résultats
La tragédie en fait également partie, une terrible noyade lors d’un entrainement en mars 1951 vient assombrir la réputation naissante de notre société : L Vrignaud, J Bodet et J Masson ne complèteront plus jamais l’équipe.

Dès 1952, le nom des frères Baroux va redonner à la Société Nautique de Saumur ses lettres de noblesse. Claude sera Champion d’Europe en 57, associé à son frère Jacky ils deviendront Champions de France en 1958 et 1959. Dès lors la SNS fournira régulièrement son contingent d’internationaux à la ville de Saumur.

En 1961, les jeunes Guilbert déjà champion de France universitaire, Grimaud et Falgère seront sélectionnés en équipe de France juniors. Si ces trois espoirs brilleront une nouvelle fois en 1962 en devenant champions de France, Grimaud et Falgère se distingueront en remportant la médaille d’Or au match des Cinq Nations cette même année puis le critérium de France en 1963.

Les Savariaud, Friau, Georget, Betou, Saulnier, Pasquier, Barre et Naud viendront ajouter leur nom et conforter ainsi, la réputation de la SNS en devenant Champions de France Cadets en 1964. C’est aussi l’année de la consécration pour JP Grimaud qui participera pour sa première fois aux Jeux Olympiques de Tokyo puis avec Guilbert aux Championnats d’Europe en 1965.

 

Un nouveau 4 Champion de France en 1966 va accroitre le potentiel de la Nautique : ils ont pour nom: Vigouroux, Rabiller, Dupuy et Gauld. 5ème aux France, les juniors Savariaud et Abelard porteront le maillot de l’équipe de France.

 

Toujours à la pointe de l’élite avironesque française, JP Grimauld participera aux Championnats d’Europe en 1967 et sera à nouveau sélectionné avec un autre Saumurois Jouy pour les jeux olympiques de Mexico en 1968. Un nouveau junior pointe l’étrave de bateau et rejoint le collectif national il s’appelle Patrick Morineau, tous ces athlètes marqueront les années 60 et assureront la notoriété de la Nautique.

Une nouvelle décennie s’ouvre et les rameurs saumurois vont poursuivre leur ascension. Présent aux Championnats de Monde et vainqueur du Match des 5 Nations en 1970 : JP Grimauld entraine dans son sillage les jeunes juniors Duballet et Plesse qui représenteront la France au Mondial en 1971. C’est aussi l’année où Claude Barroux passe de la rame à la barre de la société en devenant président.
Un nouveau projet de construction se dessine sur les rives du Thouet à St Hilaire St Florent et les portes du club s’ouvrent aux féminines ... il était temps…

 

Même s’il faut attendre encore quelques années avant que la scène internationale fasse une place à ces dames, la SNS croit, du verbe croire et du verbe croître avec l’arrivée de ces dernières.
1972, JP Grimauld et D Rabiller sont pré-selectionnés pour les JO. Rabiller et Morineau décrochent l’argent aux Championnats de France. 
La moisson de médaille se poursuit Lalleron, Bayet, Wache et Harriau inscrivent leur nom sur les tablettes d’honneur du club.

En 1974, aux médailles des rameurs dont celle en or de Patrick Morineau, s’ajoute une 4ème place au national pour J Rabiller qui signe ici les débuts prometteurs des rameuses saumuroises et représentera la France aux Championnats du monde en 1975 ainsi qu’aux internationaux d’Allemagne après avoir obtenu le bronze aux France.

La SNS poursuit son travail d’émulation et compte parmi ses nouveaux adhérents 2 jeunes prodiges avec D Gaté et Y Drouineau qui glaneront médailles et titres. Le nom de Baroux se conjugue au féminin. 1976, J Rabiller est sélectionnée pour les Jeux Olympiques de Montréal, 1er Jeux ouverts aux rameuses. P Morineau sera quant à lui au sein du 4x pour défendre les couleurs françaises.

 

1977, c’est l’inauguration de la nouvelle base nautique «  Claude Baroux » à St Hilaire St Florent. Les cadettes Rebeilleau et Viot deviennent championnes de France, quand le jeune P Body les imite dans cette même catégorie. Gaté et Drouineau complètent le palmarès.
1978, nos deux jeunes filles récidivent et sont à nouveau sur la plus haute marche du podium national, Body repart avec le bronze et entame dès lors sa carrière internationale.

1979, Body prend sa revanche et remporte l’Or avec une sélection pour les Mondiaux et la Coupe d’Europe. Nos deux saumuroises s’octroient le Bronze et participent à la Coupe du Monde à Moscou.
Gaté et Drouineau forment un duo en or et sont du voyage pour les Mondiaux. P Body marquera de son empreinte les années 80: il sera sélectionné pour les JO de Los Angeles en 84 et ceux de Séoul en 88.

La relève s’appelle Morin, Mabileau, Richard et Rebeilleau, ils sont minimes et finalistes aux Championnats de France. La relève, mais aussi l’association des ainés vont permettre à la SNS d’entamer les années 80 avec le même succès, des résultats dorés argentés ou bronzés à la « pelle ».
Les années passeront  sous les présidences de Dupuy, Derouet, Morineau qui presidera le centenaire de la Nautique puis de Grimauld. Audouin et chacun aura à cœur d’œuvrer pour faciliter l’expression de nos rameurs et rechercher des partenaires acceptant de s’associer à l’effort d’investissement pour l’achat de matériel, le fonctionnement de la base et le déplacement des athlètes.

 

1990, le jeune S Mabileau s’assoie à la barre de la présidence et c’est aussi l’arrivée d’un nouvel entraineur P Wittrant.
La SNS a besoin de reconstituer un parc à bateau fatigué par le temps et son utilisation, une souscription est lancée et se concrétisera par l’achat d’un 4- après l’acquisition d’un 8+ financé par la ville de Saumur à 80% et parrainé par R Bambuck ministre des sports de l’époque.

 

La nouvelle génération a pour nom S Body et E Brossard : Vice Champions de France en 1990.

 

Ils seront imités par Y Wittrant, T Chalandre, G Le Taillanter et D Beunard en 4x+ minimes garçons en 1991 et David Opillard en 1xpl.

 

1992, les minimes récidivent et sont à nouveau Vice-Champions de France avec Y Wittrant, JB Helin, P Boreau, G Cuquel et S Germain à la barre. D Beunard, G Letaillanter, P Rocherau et B Mariet sont des cadets en bronze en 4- tout comme S Broissier, J Ducouret, G Chignard et A Rivière barrées par S Germain en 4x+ cadettes. E Brossard est sélectionné en équipe de France et devient Vice- Champion d’Europe.

1993, deux nouvelles médailles de Bronze honoreront la Nautique avec D Beunard, T Chalandre, JB Helin et Y Wittrant en 4- cadets. J Ducouret et V Berge en 2x juniores. E Brossard ne se lasse pas des sélections et obtient le titre de Vice Champion du Monde Universitaire.

  

1994, le 2- Y Wittrant et JB Helin devient Champion de France et remporte le match France/Grande Bretagne sur la mythique Tamise à Henley, temple de l’aviron Britannique.
Nos juniores dames J Ducouret et V Berge se couvriront d’argent aux Internationaux de France. Une médaille de bronze à la Coupe d’Europe et une autre à la Coupe des Nations avec E Brossard finiront de couronner le palmarès de la SNS.

Nos jeunes adhérents poursuivent leur progression avec assiduité et leurs performances continuent de nous éblouir. Pour la 1ère fois une femme prend la barre de la présidence. J Ducouret et V Berge sont Championnes de France en 2x quant à D Beunard, T Chalandre, JB Helin et Y Wittrant obtiennent la médaille d’argent à quelques centiemes du titre en 4-. Une autre médaille d’argent à la coupe d’Europe et une de bronze aux Internationaux de France clôtureront l’année 95 en apothéose.

Les années 96/97 et 98 apporteront leurs lots de médailles, Bronze en 4x juniors hommes avec Y Wittrant, JB Helin, J Cherdo et G Cuquel. J Ducouret sera sélectionnée en équipe de France et participera aux Championnats du Monde. La SNS s’aligne en Mer.

Mais comme toute association, quelque soit la discipline, rester parmi l’élite relève toujours de l’exploit. Quel club ou association n’a pas subit les assauts de ses challengers assoiffés de victoire et de gloire. Au fil du temps la ville de Saumur a du s’adapter au contexte économique.
Les grandes métropoles ligériennes attirent nos jeunes adultes qui s’expatrient loin des rives du Thouet pour suivre leurs études, trouver du travail et s’installer hors des frontières de la Perle d’Anjou Qu’importe.
Nous ne pouvons pas renoncer à offrir à nos nouvelles générations notre soutien afin de leur permettre de se forger une vie d’homme ou de femme grâce aux bienfaits du sport.

La Société Nautique de Saumur a été ce vecteur et le restera.